Sport : Akpaki Deladem défie t-il l’autorité de l’État togolais ?

Spread the love

Quand les autorités de notre beau pays crient tous les jours au manque de patriotisme de certains citoyens et clament haut qu’il était encore très important, voire urgent de reinstaurer autrement la formation civique, cela semblait donner l’impression que cet appel ne concernerait qu’une certaine catégorie de jeunes à qui il faut enseigner sérieusement, les valeurs cardinales d’une République. Le Togo, notre pays sous le leadership du Président de la République Faure Gnassingbé quoi qu’on dise sait se reinventer et insuffler a tous égards une certaines discipline. Mais c’est sans compter avec une certaine race de cupides, qui n’a pour credo que de trouver au quotidien des failles mêmes les plus obscures pour se faire, la richesse et se frayer ainsi, un nom. Vous les avez plein dans certaines sphères décisionnelles. Ils sont la sans état d’âme, prêts a faire resplendire le faux. Pour ces espèces de citoyens, les armes les plus redoutées sont le chantage, la défiance des autorités, les reglements de comptes.

Très souvent cela reste des citoyens qui se reprochent beaucoup et le mode opératoire pour chercher refuge, c’est de se faire chemin dans certains domaines où il va leur être possible de camoufler pour un temps, les ardoises, les forfaits, les scandales dont ils sont coupables. Ils n’hesitent pas sans honte de muter comme des petits papillons d’un groupe politique vers celui qui est aux affaires avec ce zéle qui donne du sommeil aux avertis. Parfois, ce sont eux les premiers a clamer etre de meilleurs militants. Ils ignorent qu’ils ont beau brouiller les pistes de leur forfaiture, tout finira par les rattraper. Au rang de ces citoyens d’un autre monde, loge en bonne place le Président du CNO TOGO qui n’est plus a decrire aux Togolais. Pour ceux qui connaissent le personnage, plus question de dire mot.

Arrogant hors pairs, l’homme ne sait pas mettre à profit ses erreurrs pour grandir. Chez Deladem AKPAKI, il n’y a jamais eu le mot humilité. C,est le qui es tu qui prevaut en tout. Ce sont des personnages de sa trempe qui retrogradent à divers niveau notre pays. Au sport, il aurait contribué à tout pourrir. En Turquie il n’a pas pu mettre la différence entre l’olympisme et un certain soutien qu’il dit apporter au Président Faure. Gerry Tama du NET connaît et maîtrise bien l’homme de Datcha qui combat presque tout au sport comme au parti au pouvoir au sein duquel il est l’invité forcé dans l’Ogou. Les militants sur le terrain, dans cette préfecture en savent aussi assez de lui. Pour sa gaffe en Turquie que la ministre a sanctionnée, le Président du CNO TOGO et ses hommes et femmes ne supportent pas d’être recadres par la ministre qu’ils ont juré en finir avec. Au départ c’est lui qui criait sous tous les toits avoir la ministre dans ses poches. Ayant découvert que cette dernière, médecin et officier supérieur de l’armée n’est pas ce mouchoir à plier dans la poche et qu’elle ne se laissait pas faire, ils choisirent de la faire dégager histoire d’avoir un flexible à la tête de ce ministère de cohesion afin de dérouler l’agenda mafieux. L’affaire PUMA aussi en est l’autre détonateur qui enragera le réseau du Gourou de la CNO TOGO.

On se souvient qu’une exclusion fantaisiste avait été infligée à certains acteurs de l’ Escrime, handisport et natation. Aujourd’hui que la ministre a compris le fond de cette affaire rocambolesque et qu’elle prenne la mesure de rétablir l’ordre, les Togolais seront surpris tôt
ce mardi 03 janvier 2023, sur les réseaux par une note du Président du comité national olympique du Togo, Deladem AKPAKI, avec une arrogance indescriptible qui rejette la décision du ministre de ramener les exclus a leur fonction apres plusieurs mois de sanction

Alors qu’il est fit cas que la decision du Ministre des sports et des loisirs Dr Lidi Bessi Kama s’est faite au nom de la cohésion sociale, de l’intérêt supérieur et dans le seul but de préserver l’équité et l’unité des faîtières sportives. Ce refus du Président Deladem AKPAKI serait t-il synonyme d’un défi lancé aux autorités togolaises des lors que le sport dans son ensemble ainsi que sa politique sont du ressort régalien du gouvernement.

Le visa pour le voyage des athletes se fait travers le ministère des sports et des loisirs, qui a d’ailleurs signé un partenariat avec les responsables de Asky. Nonobstant, cette démarche n’a pas été respectée par le CNO TOGO, et plus loin d’après certaines indiscrétions, certains responsables du CNO TOGO auraient aidé les responsables d’escrime à avoir les visas aux athlètes.

Pour rappel, l’un des rôles régaliens du ministère des sports et des loisirs est d’assurer le contrôle du mouvement et la sérénité du mouvement sportif National. Le sport togolais a trop souffert des conflits personnels, il est temps de passer à autre chose et reconstruire le sport au Togo, c’est la vision du président de la République Faure Gnassingbé. En ce qui concerne le CNO TOGO, il ne doit pas aller au delà de ses prérogatives qui restent exclusivement cloisonnées dans la promotion de l’olympisme, œuvrer dans un esprit inclusif et participatif. Le CNO TOGO n’est pas en aucun cas la faîtière des fédérations nationales sportives, et en réalité les fédérations sportives sont délégataires du pouvoir de l’État et doivent travailler de façon concertée avec le ministère des sports et des loisirs. Et il faut le dire, le ministère des sports ne peut tolérer l’usage du pouvoir quelconque de certaines personnes pour régler les comptes personnels. Le CNO n’est pas une entreprise familiale ni un club d’amis pour qu’il soit géré de la sorte.

En Turquie quand Akpaki Deladem avait obligé les athlètes togolais à porter les tricots à l’effigie de son association, cela faisait partie des missions du CNO TOGO ? Que les gens apprennent à respecter l’État togolais et les dépositaires du pouvoir public.

La sanction des responsables de la fédération nationale d’Escrime, handisport et natation vient d’être levée, on verra jusqu’au où iront ceux qui nous appelons désormais, les ennemis du développement. Refuser de respecter une décision d’un représentant du gouvernement, c’est de l’indiscipline à outrance, c’est du banditisme , c’est de la voyoucratie, c’est une première de voir ça au Togo, il faut que le président de la République siffle la fin de la récréation pour arrêter l’hémorragie.

Read Previous

Togo : La PA Yawa Djigbodi Tsègan a échangé avec le nouvel ambassadeur français Augustin FAVEREAU

Read Next

Agoè-Nyivé 2 /Cessation des travaux sur une parcelle : Voici ce qui s’est réellement passé

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.