Assemblée Nationale/Loi de finances rectificative, exercice 2021: Les Députés donnent leur quitus au gouvernement

les députés ont adopté à l’unanimité le projet de loi de finances rectificative, exercice 2021. C’était au cours de la dixième séance plénière de la deuxième session ordinaire de l’année. La séance a été présidée ce 11 novembre par Yawa Djigbodi Tsègan, présidente de l’Assemblée nationale en présence du commissaire du gouvernement, Sani YAYA, Ministre de l’Économie et des Finances.

Le projet de loi de finances rectificative 2021, approuvé par la Représentation nationale, est projeté en recettes et en dépenses à mille sept cent deux milliards huit cent soixante-huit millions sept-cent quarante-sept mille (1.702.868.747.000) francs CFA, contre un budget initial de mille cinq cent vingt un milliards six cent quarante-six millions six cent vingt-six mille (1.521.646.626.000) francs CFA, soit une hausse de 11,9%.

Après analyse budgétaire, il ressort qu’en dépit de la persistance de la crise sanitaire à coronavirus, on observe un regain dans plusieurs secteurs d’activités socioéconomiques. Ce qui augure des perspectives macroéconomiques favorables, et confirme la transition vers une forte reprise économique. Et cela nécessite un collectif budgétaire qui permettra au gouvernement de poursuivre et de renforcer les efforts engagés dans la lutte contre la COVID-19.

Il sera également question d’accélérer la mise en œuvre des mesures identifiées dans les différents secteurs socio-économiques du pays.

Pour la présidente de l’Assemblée Nationale Yawa Djigbodi Tségan « Cette tendance encourageante est la résultante des réponses adéquates consenties par le gouvernement qui ont permis le relèvement du niveau des recettes tirées principalement par la hausse des recettes fiscales et des ressources de trésorerie »

De son coté le ministre en charge de l’économie commissaire du gouvernement Sani Yaya croit que : » Les bons résultats enregistrés dans le cadre de la riposte contre la pandémie de covid-19, ainsi que le soutien à la consommation. Les effets bénéfiques d’un dynamisme attendu dans toutes les branches d’activités devraient permettre une accélération plus importante que prévue de la croissance du PIB réel qui s’établirait à 5,3% contre une prévision initiale de 4,8% arrêté en mars 2021.

Read Previous

Échos de la Primature : L’ IFDC et l’ONG Aktion PiT-TogoHilfe, pour accroître leur action au Togo

Read Next

Coupe du monde Qatar 2022 : Le Togo tient en échec le grand Sénégal

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *